Le tissu wax

Le Wax ou « tissu africain » est une étoffe en coton imprimée servant à la confection de vêtements. Son origine remonte à l’époque de l’arrivée des premiers européens en Afrique de l’ouest.

Particularités du tissu en wax

La confection de tissus « en wax » s’inspire des batiks Javanais. Comme eux, les motifs sont réalisés grâce à de la cire qui en anglais se dit. …  « wax » !

A l’aide de rouleaux en cuivre de la cire est appliquée sur le tissu suivant les motifs choisis. La cire étant « hydrophobe », elle va protéger certaines parties du tissu de la futur teinture.

Le tissu est ensuite trempé dans une teinture à l’indigo avant d’être exposé à l’air libre. Directement à la main ou à l’aide d’une planche, on applique les couleurs secondaires.

Cette technique permet à l’étoffe de baigner dans la teinture et lui permet un maintient total des couleurs après les lavages. Le wax rend aussi les couleurs éclatantes sur les deux faces du tissu.

Un peu d’histoire

Au XIXème siècle la Hollande devait faire face à plusieurs révoltes dans ses colonies en Indonésie (le pays du Batik).  Ils décidèrent de former et de recruter des mercenaires sur les côtes de l’Afrique de l’ouest où ils avaient déjà des comptoirs commerciaux,  pour combattre en Indonésie .

Après les combats, ces hommes africains retournèrent chez eux avec des sacs remplis de jolis Batiks indonésiens. Ces tissus eurent un très grand succès auprès de l’aristocratie comme avec tout le restant du peuple .

Les Hollandais s’aperçurent très vite du profit qu’ils pouvaient tirer de ce type du tissu. Ils créèrent ainsi chez eux en Hollande des usines de production. Leur but : inonder l’Afrique de l’ouest de pagne inspirés du modèle indonésiens et fabriqués selon la technique de cire perdue.

Jusqu’en 1960, ils ont possédé le monopole de la production et de la vente de ce tissu. Ensuite  les africains commencèrent à créer leurs propres usines. Le Wax, petit frère du Batik venait de naitre.

Des commerçants apparaissent un peu partout dans les grandes villes Africaines, portés par une classe bourgeoise, ce n’est plus qu’un pagne mais une valeur de référence, un signe de reconnaissance, un symbole !

Malgré ce succès, le pagne Wax connait un petit déclin dans les années 80 quand la mode « made in china  » a commencée à envahir le marché ouest africain avec jeans et tee shirts. Beaucoup se détournèrent du pagne Wax qui coute plus cher .

Dans ces années là les usines produisent mais ne s’arrêtent pas pour autant.

Après les années 80 une styliste nommée Giséle Gomez eut l’idée de redéfinir la mode en créant un grands nombres de vêtements à partir du Wax. La nouvelle se propage rapidement et le revoilà reparti !

Aujourd’hui le Wax est devenu une étoffe tendance des podiums de mode et on peut l’accessoiriser facilement, selon nos envies.